Immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie

Depuis janvier 2015, l’ITMO I3M coordonne les recherches relevant des domaines en Immunologie, Inflammation, Infectiologie et Microbiologie (I3M).

L’ITMO I3M est issu du rapprochement des thématiques "microbiologie et maladies infectieuses" et de "l’Immunologie et de l’inflammation". Il vise la création d’un continuum entre ces domaines de recherche et le développement d’une cohérence stratégique pour relever des défis, qui sont pour la majorité d’entre eux, des préoccupations sociétales quasi quotidiennes comme l’émergence et la réémergence de pathogènes, les infections chroniques, les maladies infectieuses négligées, la transmission, la résistance aux traitements, les immunodéficiences, les pathologies inflammatoires, l’allergie, les maladies auto-immunes et la transplantation. La réponse à ces défis est soutenue par de nouveaux développements en vaccinologie, en biothérapies et en thérapies cellulaires et géniques.

Les domaines de recherches coordonnées par l’ITMO I3M sont très fructueux, souvent source de concepts précurseurs et couronnées de succès comme l’atteste l’attribution du prestigieux Japan Prize au Professeur Alain Fischer en janvier 2015 et les attributions récentes du prix Nobel de Médecine en 2008 aux Professeurs Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier puis en 2011 au Professeur Jules Hoffmann. Ces reconnaissances internationales maintenues depuis des années, placent la France au tout premier rang mondial dans ces disciplines.

Contribution d'Aviesan à la stratégie nationale de recherche

Dans le cadre de la préparation de la contribution d'Aviesan à la stratégie nationale de recherche, chaque ITMO a préparé un document présentant pour son domaine les grands enjeux scientifiques et médicaux, un état des lieux des forces et faiblesses au niveau français et dans le contexte européen et international, ainsi que des priorités organisationnelles, scientifiques technologiques et médicales, mais aussi organisationnelles.

 

Enjeux scientifiques et médicaux

Les enjeux et défis en infectiologie et microbiologie

Les maladies infectieuses et parasitaires sont la deuxième cause de mortalité dans le monde (environ 26 % de la mortalité globale, soit 17 millions de décès par an). Elles frappent inégalement les pays selon leur localisation géographique et leur niveau de développement.

La recherche française sur les maladies infectieuses et parasitaires doit aujourd’hui affronter plusieurs défis :

  • l’émergence de maladies infectieuses
  • la résistance aux antibiotiques,
  • l’étude du lien entre infections et maladies chroniques non-transmissibles,
  • les infections virales chroniques,
  • l’anticipation et la préparation de prochaines crises sanitaires.

Les enjeux et défis en immunologie et Inflammation

L’Immunologie est un incontestable pivot médical et une source de solutions prophylactiques (vaccins) et thérapeutiques dans de nombreuses disciplines médicales. Si l’acquisition croissante de connaissances permet de mieux comprendre l’établissement et le maintien des mécanismes de défense de l’organisme, il est observé que tout dysfonctionnement/dérégulation, rupture d’homéostasie ou anomalie sont les sources de pathologies inflammatoires, allergiques, auto-immunes, de rupture de la tolérance et de déficits des défenses immunitaires. Qu’elles soient aigues ou chroniques, ces pathologies ont une incidence notoire en santé publique et de par leur augmentation constante, elles constituent un défi de santé majeur. Aussi, il est primordial de soutenir le développement de recherches fondamentales notamment dans les domaines suivants :

  • l’immunité innée et adaptative,
  • microbiotes (homéostasie –dysfonctionnement et impact sur les grandes fonctions de l’organisme),
  • le développement de vaccins efficaces contre les nouveaux agents infectieux ou adapté aux besoins de nouvelles populations, et leur acceptabilité,
  • les immunothérapies dont les anticorps de nouvelles générations, les biothérapies et greffe- transplantation,
  • les pathologies allergiques et inflammatoires visant à mieux comprendre les mécanismes conduisant à la dérégulation de l’homéostasie (développement de nouveaux modèles, rôle des microorganismes, rôle de l’inflammation stérile, mécanismes cellulaires et moléculaires et facteurs génétiques et environnementaux impliqués dans l’incidence et la prévalence de ces pathologies.
 
 
 

Au-delà de ces thématiques, l’ITMO I3M a aussi pour vocation d’animer la réflexion et l’organisation de la recherche sur les thèmes suivants :

Recherche en partenariat avec les pays du Sud et mise en place d’actions coordonnées

Créé en mars 2010, le groupe Aviesan Sud assure une coordination géostratégique de la recherche « française » dans les pays « du sud ». L’objectif visé est le développement de nouveaux produits, mais aussi la production et la distribution de médicaments efficaces dont la fabrication a été abandonnée, ou bien dont les thématiques sont délaissées par l’industrie pharmaceutique pour cause de non-rentabilité.

Trois actions coordonnées ont été mises en place sur : le paludisme, la tuberculose et les maladies infectieuses négligées.

Ces actions coordonnées s’appuient chacune sur un comité de pilotage d’une dizaine de membres et ont pour objectifs d’aider ces communautés scientifiques à structurer et coordonner des réponses aux appels d’offres (type EDCTP, 5%), de réfléchir aux grands enjeux scientifiques de la discipline (au travers de l’organisation de colloques et de demi-journée d’étude), et de permettre un meilleur dialogue entre chercheurs de différentes institutions en mettant à leur disposition des outils numériques : plateforme Web, annuaire en ligne, site web).

Recherche en situation d’inter-crise et de crise

Nos sociétés sont régulièrement confrontées à des crises sanitaires, localisées ou mondiales, liées à une émergence infectieuse le plus souvent d'origine virale ou bactérienne. Malheureusement dans la plupart des pays, les dispositifs adéquats pour faire face à ces crises sont insuffisants voir absents.

L’ITMO a mis en place en juin 2013 un consortium appelé REACTing (REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases) pour 1) améliorer la préparation de la recherche en période d’inter-crise et 2) financer et mettre en place des projets de recherche en période de crise épidémique. Ce consortium s’organise autour d’un comité de pilotage d’une 15aine de spécialistes de santé humaine et de santé animale et s’appuie sur un comité scientifique de 8 membres et de centres méthodologiques localisés au Nord (F. Mentré, CHU Bichat) et au Sud (A. Fontanet, Institut Pasteur).

Le dispositif REACTing a permis de mobiliser les équipes de recherche françaises pour l’épidémie de Chikungunya dans les Antilles, et pour Ebola dès les premières notifications de cas. Il s’est vu renforcé, en octobre 2014, avec la mise en place d’une organisation spécifique interministérielle coordonnée par le Pr Jean-François Delfraissy, la "task-force Ebola", pour piloter les actions de lutte contre le virus en poursuivant trois objectifs principaux : (i) le contrôle et l’éradication de l’épidémie ; (ii) la prise en charge des autres urgences sanitaires non liées à Ebola ; (iii) l’anticipation des crises à venir.


 

Contacts

Directeur : Jean-François Delfraissy

Directeur adjoint : Bruno Lucas

Adjointes scientifiques au Directeur : Evelyne Jouvin-Marche et Bernadette Murgue

Conseiller scientifique : Patrice Debré

Chargés de mission : Yoann Allier et Sandrine Rodriguez

Assistante : Christelle Hubert

Comité d’experts de l’ITMO I3M : Brigitte AUTRAN, Ulrich BLANK, Philippe BOUSSO, Frédéric BRINGAUD, Priscille BRODIN, Sophie BROUARD, Michel COGNE, François-Loïc COSSET, Xavier De LAMBALLERIE, Geneviève De SAINT BASILE, Jean-Claude DESENCLOS, Roger LE GRAND, Marc LECUIT, Thierry LEFRANCOIS, Thierry PINEAU, Marie-Cécile PLOY, Dominique PONTIER, Philippe SANSONETTI, Frédéric SIMARD, Naomi TAYLOR, Anne TISCOPOULOS, Jean Nicolas TOURNIER, Eric VIVIER, Jacques VOLCKMANN, Yazdan YAZDANPANAH.

Voir Modifier Créer ici